Les vacances sont enfin arrivées ! Vous rejoignez vos amis pour fêter ça et prévoyez de prendre la route dès le lendemain pour ne pas en perdre une miette ? Mauvaise idée !

Mieux vaut privilégier une bonne nuit de sommeil avant de prendre la route car conduire sous l’effet de la somnolence est particulièrement dangereux : 1 accident mortel sur 3 sur l’autoroute y serait associé* !

Alors voici quelques conseils pour lutter contre la fatigue au volant et arriver à sain et sauf. 

Fatigue et somnolence : sachez les repérer les signes annonciateurs ! 
  • Yeux qui picotent, regard qui se fixe, raidissement de la nuque et difficulté à se concentrer ? C’est la fatigue qui se fait sentir !
  • Paupières lourdes et bâillements avec cette-fois ci une difficulté à rester éveillé ? Alerte à la somnolence ! Celle-ci entraine des périodes de « micro-sommeils » qui durent de 1 à 4 secondes et se révèlent être extrêmement dangereux pour le conducteur et ses passagers. A noter que le risque d’avoir un accident est 8 fois plus important lorsqu’on est somnolent.
Lutter contre la fatigue et la somnolence au volant : nos conseils pratiques 
1 - Soyez à l’écoute de votre corps

Cela parait essentiel, pourtant de nombreux conducteurs qui ressentent un coup de fatigue repoussent l’heure de la pause pour arriver au plus vite !

N’attendez pas que les signes de la fatigue ou un état somnolent croissant s’installe !

  • Arrêtez-vous toutes les 2 heures au minimum pour prendre l’air, vous dégourdir les jambes et reprendre des forces.
  • N’hésitez pas à prendre 15 minutes pour faire une sieste, c’est la durée idéale pour récupérer tout en retrouvant l’ensemble de ses capacités au réveil.
  • Mettez-vous dans les meilleures dispositions pour repartir sans dangers ! 
2 - Evitez de conduire seul sur de longs trajets

Il est préférable d’éviter de réaliser de longs trajets seul. L’idéal est de pouvoir se relayer avec un autre conducteur sur la route afin de pouvoir faire une sieste quand le besoin se fait ressentir. Et même si le passager n’a pas son permis, il est toujours bon d’avoir quelqu’un qui vous tient compagnie afin d’éviter les sursauts de fatigue.

Si vous êtes seul, allumez la radio et chantez, cela vous gardera éveillé ! 

3 - Choisissez les bons créneaux pour prendre la route

Sachez que les risques de somnolence augmentent entre 13h et 16h ainsi que la nuit entre 2h et 5h.

Il est recommandé de ne pas prendre le volant avant 6h du matin : les lumières augmentent le risque d’hypnose de la route et le corps produit de la mélatonine, une hormone qui pousse notre organisme à s’endormir.

Evitez également de prendre la route après une journée intense ou après un repas trop copieux car la digestion favorise la somnolence.

4 - Adoptez la bonne posture ainsi que la bonne température dans l’habitacle

Maintenez une température stable dans l’habitacle : ni trop froide, ni trop chaude. Une mauvaise aération ainsi qu’un excès de chauffage ou de climatisation peuvent aggraver l’état de fatigue du conducteur.

Veillez également à adopter la bonne posture : tenez-vous droit, tête bien levée, vos jambes ne doivent pas être totalement étendues mais former un angle à 45°.

Abstenez-vous d’utiliser le régulateur de vitesse, bien que confortable pour le conducteur, celui-ci à tendance à l’endormir : mieux vaut rester impliqué dans la conduite.

5- Dormez suffisamment

A l’approche des vacances, les choses à faire s’accumulent et on est souvent tenté d’empiéter sur la durée de notre sommeil. Mauvaise idée car pour récupérer correctement et disposer de toutes ses facultés de concentration et de vigilance, l’organisme a généralement besoin de 8 heures de sommeil.

A savoir que 17 heures de veille active équivaut à 0,5g d’alcool dans le sang, rien ne vaut donc une bonne nuit de sommeil pour prendre la route sereinement.

 

Sources : Sécurité Routière 

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire