Prévention MAAF dévoile les résultats d’une double enquête auprès des jeunes sur les leurs « usages et comportement sur la route ». Réalisée dans toute la France via le chatbot JAM* sur Messenger, ces deux études mettent en évidence des prises de risques, notamment sur les routes. D’où l’importance, pour Prévention MAAF, de poursuivre ses actions (Vigicarotte, AlcooTel, Rencontres MAAF) auprès d’une classe d’âge particulièrement touchée par l’insécurité routière.

Les grands enseignements de cette enquête

Près d’1 jeune sur 2 consomme de l’alcool toutes les semaines 
48% des jeunes consomment de l’alcool au moins une fois par semaine (3 points de moins que l’enquête réalisée en 2020) dont 25% plusieurs fois par semaine, 21% une fois par semaine et 2% tous les jours. Seulement 12% n’en consomment jamais. A noter que les garçons sont bien plus nombreux (58%) à consommer toutes les semaines que les filles (38%). 

Près d’1 jeune sur 2 a déjà fumé du cannabis 
45% des jeunes ont consommé du cannabis au moins une fois dans l'année (contre 32% en 2020, soit 13 points de plus). Dans le détail, 5% fument plusieurs fois dans la semaine et 6% fument tous les jours. 55% n’en consomment jamais. 

15% ont déjà essayé les drogues « dures » 
15% des jeunes ont essayé au moins une fois une drogue de type cocaïne, ecstasy… (Vs 26% en 2020, 11 points de moins). Dont 6% qui ont essayé au moins 4 fois (vs 14% en 2020). 

Quelle drogue ? 
Parmi ceux qui ont déjà essayé les drogues dures, l’ecstasy arrive en tête (46%), suivi de la cocaïne (44%), la MDMA (37%), le gaz hilarant (25%), Champi (24%), LSD (21%), Kétamine (7%).17% n’ont pas souhaité préciser la drogue testée. 

Des jeunes qui se déclarent prévoyants quand ils sortent… 
Les jeunes ayant le permis se déclarent prévoyants s’ils sortent faire la fête et qu’ils doivent conduire. 44% dorment sur place (46% en 2020), 30% appliquent le principe du SAM, « celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas » (comme en 2020) et 23% s’abstiennent (vs 18% en 2020). Ils sont 4% à ne prendre aucune ou « pas trop » de précautions.

En matière de comportement

40% des jeunes conducteurs ont déjà conduit sous influence (alcool, drogue) 
Parmi ceux qui ont le permis, 40% des jeunes ont déjà pris le volant après avoir consommé de l'alcool ou de la drogue (vs 43% en 2020). Dans le détail, pour les fautifs, c’est arrivé « une ou deux fois » à 27% et «plusieurs fois» à 13%. 

1 jeune sur 4 a déjà utilisé un 2 roues après avoir consommé alcool et/ou drogue
26% des jeunes sont déjà rentrés après avoir consommé de l’alcool et/ou de la drogue à une soirée (vs 34% en 2020, 8 points en moins qu’en 2020). Parmi eux, 15% des jeunes sont déjà rentrés « plusieurs fois » et 11% « une fois ». 50% ne l’ont jamais fait. Enfin, 25% n’utilisent pas de 2 roues. 

Près d’1 jeune sur 5 n’arrive pas à toujours dire non ! 
18% des jeunes n’arrivent pas à dire toujours non à un ami qui a trop bu ou fumé (drogue) et qui propose de les ramener (22% en 2020). Dans le détail, 14% disent non parfois et 4% craquent et acceptent. 82% arrivent à toujours refuser la proposition. 

Retenir un ami qui a trop bu ou fumé ? 
Et sans être passager, ils ne sont que 24% à toujours réussir à empêcher un ami de prendre le volant (vs 18% en 2020, soit 6 points en plus), 45% parfois (41% en 2020) et pour 3%, c’est impossible (5% en 2020). Enfin, 28% n’ont jamais vécu une telle situation (36% en 2020). 

Rouler sans permis ? 
13% des jeunes ont déjà roulé sans permis (sans l’avoir ou avec un permis suspendu). Dans le détail, 7% ont roulé une fois sans permis et 6% plusieurs fois. 87% n’ont jamais pris ce risque. 

Téléphone au volant, des jeunes imprudents 
Parmi ceux qui ont le permis, 63% des jeunes utilisent le téléphone au volant (58% en 2020, soit 5 points de plus) dont 14% souvent et 49% parfois. Ces jeunes utilisent leur téléphone pour la musique (65%), le GPS (57%), les messages (30%), des appels (25%), les réseaux sociaux (5%), des vidéos (4%) et des photos (3%). 

8 jeunes sur 10 font des excès de vitesse 
Parmi les conducteurs, 80% des jeunes font des excès de vitesse. Dans le détail, 37% des interrogés en font régulièrement (11% tout le temps et 26% souvent) et 43% en parfois. Seulement 20% n’en font jamais. 

L’effet « aquarium »*, un effet ignoré 
Les jeunes semblent ignorer le risque de l’effet « aquarium ». En effet, près d’1 jeune sur 5 (19%) avoue avoir déjà laissé des amis fumer un joint dans leur voiture pendant qu’ils conduisaient. Les hommes ont plus souvent laissé faire (23% vs 15% pour les femmes). 

*L’effet « aquarium » signifie respirer la fumée d’un ou plusieurs joints (cannabis) dans un lieu clos (une pièce ou une voiture la plupart du temps). Même si la personne ne consomme pas directement de cannabis, et qu’elle n’inhale pas activement la fumée, elle a malgré tout une consommation passive de cannabis, qui peut générer un test de dépistage positif.

Près d’1 jeune sur 5 a déjà roulé sans assurance 
19% des jeunes conducteurs avouent avoir déjà roulé sans assurance. Dans le détail, 10% ont roulé une fois sans assurance et 9% plusieurs fois. 81% ne l’ont jamais fait.

Voitures sans permis, un phénomène marginal 
Près d’1 jeune sur 10 a déjà conduit une voiture sans permis (9%) et seulement 1% en possède une. Seulement 8% aimerait en conduire une alors que 13% n’en ont pas envie. 

Pour Pierre Negre, responsable Prévention chez MAAF« les enquêtes sur les 18-24 ans sont rares malgré les risques et l’accidentologie élevée de cette population, c’est pourquoi nous avons décidé de les interroger régulièrement pour voir s’il y a des évolutions dans leur comportements et leurs usages, voir si le Covid a changé leurs habitudes, notamment en terme de sorties.». Pour rappel, les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les 18/24 ans et en 2021, 505 jeunes sont morts sur les routes...». Il poursuit, « ce type d’enquête nous aide à adapter nos messages de prévention notamment autour de l'alcool et de la drogue et du retour de soirées ». 
Pour lui, « cette étude confirme qu'il nous reste énormément de travail en terme de sensibilisation. Les jeunes se déclarent prévoyants quand ils vont faire la fête et pourtant 40 % des jeunes ont déjà pris le volant sous influence (alcool ou drogue), 1 jeune sur 4 a pris son deux-roues sous influence… 1 jeune sur 5 a déjà conduit sans assurance et 13% sans permis. Les chiffres sur la consommation d'alcool et de drogue sont alarmants. 11% de jeunes déclarent consommer du cannabis plusieurs fois dans la semaine, cela signifie qu’ils augmentent le risque d’avoir un accident et qu’ils sont en permanence dans l'illégalité. Vitesse, téléphone, … les chiffres ne sont pas bons...Quand on voit qu’il arrive à 30% des jeunes conducteurs d’utiliser leur téléphone pour envoyer/recevoir des messages alors que cela multiplie par 23 le risque d’accident… Enfin, toujours la confirmation que les comportements masculins  sont bien plus à risque, et cela se retrouve dans les statistiques : sur 10 jeunes qui meurent sur la route, il y a 8 garçons. 
Et cette année, on leur a posé une question ouverte sur ce qui avait changé dans le monde de la nuit pour eux. Pour certains, il y a un sentiment d’insécurité plus prononcé et ils auraient moins tendance à aller en boîte de nuits (trop cher, préférence pour soirée entre amis, risque de piqures…). Pour d’autres, c’est un retour à la normale avec une envie de rattraper le temps perdu…». 

Pierre Negre conclut, «on doit convaincre chacun de ces jeunes en faisant preuve de pédagogie, en leur expliquant qu’un retour de soirée, ça s’anticipe, que l’on ne conduit pas si on a bu ou si l’on s’est drogué, qu’on ne monte jamais dans une voiture avec un conducteur qui n’est pas sobre. On va poursuivre nos actions de terrain : Vigicarotte (dans les festivals notamment) ou nos rencontres MAAF et sur le digital avec notamment notre application AlcooTel. On se doit de les accompagner. On le fait avec eux et pour eux.». 

Méthodologie

Les données proviennent de 2 sondages réalisés via le chatbot* JAM sur Messenger entre le 5 et 10 juin 2022 auprès de 3 463 et 2 390 jeunes redressés sur 2 échantillons de 1000 répondants âgés entre 18 et 24 ans, représentatifs de la population des 18-24 en France selon les quotas de l’INSEE. 

* Le chatbot est un robot ou programme informatique doté d’intelligence artificielle qui est capable de mener une conversation sur Messenger en posant des questions ouvertes ou fermées, après s’être identifié auprès de son interlocuteur. JAM est le premier chatbot français destiné aux jeunes.

Contacts presse : 
Frédéric Castelnau : 06 62 23 05 15 / frederic.castelnau@club-internet.fr 
Prévention MAAF : Pierre Negre : 07 87 17 21 29

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire