Conduire sous l’effet des stupéfiants

Alcool et Conduite

Les produits stupéfiants constituent un danger pour la conduite car leurs effets impactent directement le comportement du conducteur et ses réflexes.Il peut s’agir de produits tels que le cannabis, la cocaïne, le crack, l’ecstasy, le LSD, l’héroïne, les amphétamines, le poppers ou encore les champignons hallucinogènes.
Tous ont un effet quasi immédiat sur l’organisme qui met un certain temps à les éliminer.

QUELS SONT LES EFFETS DU CANNABIS ? 

Le cannabis se décline principalement sous deux formes : la marijuana (présentée sous forme de feuilles) que l’on appelle communément  « herbe », « beuh » ou  « weed »  et la résine de cannabis (haschich) souvent appelée « shit ».Le cannabis altère la perception visuelle, l’audition, la vigilance et les capacités de coordination essentielles à la conduite et la maîtrise d’un véhicule.

  • Le temps de réaction s’allonge ainsi que le temps de freinage
  • La capacité de contrôle d’une trajectoire diminue et la réponse en cas d’urgence se détériore.

Les réflexes sont dans leur ensemble fortement diminués par le cannabis.

Conduire sous l’effet du cannabis double, en moyenne (1,8), le risque d’être responsable d’un accident mortel. La moitié des morts sur la route imputable au cannabis ont moins de 25 ans.

Lorsque l’on fume du cannabis et que l’on conduit, on peut avoir l’impression d’être au ralenti, de rouler très doucement et de faire doublement attention. Or, fonctionner au ralenti (si c’est bien le cas et non une impression provoquée par la consommation de cannabis), c’est générer des dangers majeurs. En cas d’accident, on risque de ne pas freiner à temps ou ne pas être en mesure d’éviter un obstacle. Il existe également un risque d’éblouissement pour la conduite de nuit dû à la dilatation de la pupille et son aréactivité.

Conduire impose une totale capacité physique et une concentration optimale.

QUELS SONT LES EFFETS DE LA COCAÏNE ? 

Puissant excitant et désinhibiteur pendant la phase de stimulation du système nerveux central, la cocaïne provoque une euphorie, un sentiment de toute puissance et une indifférence à la douleur ou à la fatigue. Après la phase de stimulation, qui se situe entre 1 à 4h après consommation et selon la quantité consommée, d’autres effets se font ressentir comme la méfiance et un état confusionnel. À la disparition des effets, le consommateur ressent un besoin irrésistible de dormir ou inversement une forte agitation.

Au volant, la prise de cocaïne se traduit par  une conduite plus agressive, associée à des erreurs d’attention ou de jugement, voire un endormissement soudain lorsque les effets stimulants disparaissent. Perte de contrôle du véhicule due à une vitesse excessive, collision suite à un brusque changement de direction....

Lorsque la consommation de cocaïne est  combinée à d’autres substances telles que l’alcool, l’héroïne ou le cannabis,  les risques d'accident sont décuplés.

LES SANCTIONS 

En cas de dépistage de drogue positif lors d’un contrôle routier, vous risquez :

  • une peine d’emprisonnement de 2 ans
  • une amende de 4500€
  • un retrait de 6 points sur le permis de conduire (suspension du permis probatoire)

Des peines complémentaires peuvent être ajoutées, telles que :

  •  l’annulation ou la suspension du permis
  •  l’obligation d’effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière et/ou aux dangers liés à l’usage de produits stupéfiants

[/html]

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire