Mesures Correctives

[html format="ckeditor" different_values="0"]

Source : Ministère de l’Intérieur

En un peu plus de 40 ans, le nombre de morts sur la route a été divisé par 5. Mais ce chiffre reste toujours trop important et le bilan 2014 de la sécurité routière révèle une augmentation du nombre de personnes tuées (+3,7%) et blessées (+2,5%) par rapport à l’année 2013.

Face à ce constat, le gouvernement a annoncé le 26 janvier 2015 un train de mesures destinées à améliorer la sécurité au volant. L’objectif final est de passer sous le seuil symbolique des 2000 morts à horizon 2020.
 

ACCIDENTOLOGIE : LES CHIFFRES

Pour la première fois depuis 12 ans, les chiffres 2014 de la mortalité routière sont en hausse. L’ONIRSR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière)a estimé à 3 388 le nombre de morts sur les routes françaises en 2014, soit, 120 décès de plus qu’en 2013. Selon l’ONISR, cette augmentation concernerait trois catégories d’usagers particulièrement vulnérables : les cyclistes, les cyclomotoristes et les piétons.

L’augmentation est plus modérée chez les automobilistes mais représente néanmoins une cinquantaine de décès supplémentaires par rapport à 2013.

À noter, la hausse de la gravité des accidents corporels au regard du nombre de personnes qui ont dû être hospitalisées en 2013 (741 en plus).

DES MESURES CIBLÉES

Tout d’abord, les méthodes d’analyses et de prise en compte de l’accidentologie ont été revues pour obtenir une analyse plus fine. Un dispositif de suivi au niveau de chaque département va être mis en place afin d’en faciliter le pilotage au niveau national.

Le plan d’actions pour la sécurité routière vise à mobiliser l’ensemble des registres d’intervention concernés. De la formation des conducteurs à la sécurité des véhicules et des infrastructures, il constitue un plan global et cohérent.

LES 26 MESURES S’ARTICULENT AUTOUR DE 4 AXES :

  1. Sensibiliser, prévenir et former
    Parmi les mesures phares, l’abaissement du taux légal d’alcoolémie de 0,5 g/l à 0,2 g/l pour les conducteurs novices (moins de 3 ans de permis ou moins de 2 ans de permis pour  les conducteurs ayant bénéficié de la conduite accompagnée) et la formation de tous les médecins agréés au dépistage précoce des problèmes d’alcool et de stupéfiants.
     
  2. Protéger les plus vulnérables
    Interdiction de stationnement des véhicules 5 mètres avant les passages piétons.
     
  3. Lutter contre les infractions graves
    Le port de tout système de type écouteurs, oreillette, casque, susceptible de limiter l’attention des conducteurs sera dorénavant interdit.
     
  4. Améliorer la sécurité des véhicules et des infrastructures
    Projet de loi afin de réduire les risques de contresens sur autoroute : renforcement de la signalisation et installation de nouveaux panneaux. La France appuie par ailleurs les démarches européennes sur l’installation d’enregistreurs de données de la route (EDR) dans les véhicules pour mieux connaître les mécanismes d’accident.

 

[/html]

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire