feux intelligents

Une première en France, la ville de Metz, en Moselle, expérimente sur les axes les plus dangereux des caméras thermiques aux feux tricolores pour améliorer la sécurité des piétons.

Vous avez dû le remarquer, aujourd’hui, les feux rouges sont complètement à côté de la plaque. Il n’y a aucune voiture à l’horizon, le feu reste vert et le bonhomme rouge. Dans certaines villes, les boutons pour signaler notre présence ne marche même plus, on peut attendre plusieurs minutes avant de pouvoir traverser. Ça peut aussi être l’inverse, on traverse, (doucement quand le trottoir est bondé ou on a un enfant ou on est un peu âgé) et le petit bonhomme devient rouge. Du coup, on court pour ne pas se faire rouler dessus.

Aujourd’hui, il existe une solution, un système a été mis au point avec le Cerema, un établissement public qui accompagne les collectivités sur les problèmes d’ingénierie. Des nouveaux feux équipés de caméras thermiques permettent d’adapter la durée de traversée du passage piéton.

Des caméras thermiques aux feux, testées à Metz

Cette situation est « notamment préoccupante à l’abord des groupes scolaires », explique Cerema. La ville de Metz a sollicité cet établissement pour l’expérimenter. Cela fait maintenant depuis plus d’un mois, qu’elle en est dotée.

Situé (place du Roi George) aux abords d’un lycée et (boulevard Paixhans) près d’un collège, si beaucoup d’élèves attendent sur le trottoir, le feu passe plus rapidement au rouge. Et s’ils sont encore en train de traverser, le petit bonhomme reste vert et fait patienter les voitures. Donc plus besoin de courir, ils peuvent traverser en toute sécurité.

Les capteurs de ces caméras utilisent une technologie thermique pour estimer le nombre de piétons en attente. Le gestionnaire définit la zone d’attente surveillée par le capteur et paramètre différents seuils d’action en fonction de l’occupation de cette zone : le temps de vert « piétons » sera ainsi différent selon le taux d’occupation 5 %, 30 % ou 80 %.

Avant de réfléchir au déploiement du dispositif sur d’autres axes dangereux, Cerema et la ville de Metz vont faire un premier bilan courant 2018. 

 

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire