vigicarotte-bilan-accidents-route-2016.jpg

Alors qu’en 2015 les chiffres des accidents de la route étaient en hausse, 2016 est une année en demi-teinte (Source : ONISR juin 2017)

Bilan général

En 2016, 3 477 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route en France métropolitaine, soit 16 décès en plus qu’en 2015.  C’est donc globalement une quasi-stabilisation après deux années d’augmentation.

En revanche, les autres indicateurs de l’accidentalité sont en légère hausse par rapport à 2015 :

  • 72 645 personnes blessées sur les routes parmi les 57 522 accidents mortels, soit une augmentation de +2,6%
  • 27 187 de ces personnes ont dû être hospitalisées, soit une hausse de 2,2%, parmi lesquelles beaucoup garderont des séquelles graves.
     

Piétons et Cyclistes : faites attention !

L’accidentalité routière se détériore principalement chez les piétons : 559 décès enregistrés chez les piétons soit une hausse de 19% par rapport à 2015 correspondant à 91 personnes décédées en plus.

Ce triste résultat se retrouve également chez les cyclistes. En effet la mortalité routière chez cette catégories d’usagers est aussi en hausse puisqu’en 2016, 162 cyclistes ont perdu la vie dans un accident de la route soit 13 de plus qu’en 2015, ce qui correspond à une augmentation de 9%.

Les principaux facteurs d’accident

Plusieurs facteurs sont mis en cause :

  • La vitesse excessive ou inadaptée : elle apparaît dans un accident mortel sur trois et représente le premier facteur chez les 18-24 ans soit dans 45% des cas.
  • L’alcool est présent dans 29% des accidents mortels. Parmi les automobilistes impliqués, les jeunes de 18-24 ans et les conducteurs âgés entre 25 et 49 ans sont davantage concernés. Mais cette particularité englobe aussi des piétons décédés dans un accident de la route. En effet, l’ONISR observe une augmentation des accidents mortels de cyclistes et piétons ayant consommé de l’alcool.
  • La consommation de produits stupéfiants est à l’origine de nombreux accidents de la route puisqu’en 2016, 22% des personnes décédées étaient dans un accident impliquant au moins un conducteur ayant consommé des drogues illicites. 16% des jeunes auteurs présumés d’accidents mortels âgés de 25-34 ans ont été déclarés positifs aux stupéfiants. Le mélange cannabis/alcool multiplie par au moins 15 le risque de causer un accident mortel.
  • Le non-port de la ceinture de sécurité concerne 20% des automobilistes tués, 27% des usagers de véhicule utilitaire, et 25% des usagers de poids lourd. Même si ces chiffres sont inférieurs à l’année 2015, ils restent malgré tout important.

Les principales classes d’âges concernées

Globalement, la mortalité sur la route chez les jeunes est en baisse :

  • En 2016, 597 jeunes âgés de 18 à 24 ans ont perdu la vie dans un accident de la route, soir 22 vies épargnées par rapport à 2015 (-3,6%)
  • Les 15-17 ans enregistrent une mortalité routière également moins forte avec 96 décès soit une baisse de -23,2% et 29 vies épargnées. Ce taux historique s’expliquerait d’après l’ONISR par la désaffectation par cette classe d’âge de l’usage du cyclomoteur et de la motocyclette au profit des transports en commun.

Mais là où les chiffres sont les plus surprenants, cela concerne les séniors de 75 ans et plus. En effet, ils enregistrent une forte hausse du nombre de personnes décédées dans un accident routier. 566 personnes y ont perdu la vie soit une augmentation de 9,1%.

La proportion hommes / femmes reste relativement stable depuis plusieurs années :

  • ¾ des personnes tuées ou blessées gravement dans un accident de la route sont des hommes.
  • 83% des auteurs présumés d’accidents mortels sont des hommes.

Vous pouvez retrouver tous les chiffres sur le site de la sécurité routière ici.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur les habitudes de consommation et les comportements des jeunes âgés de 18 à 24 ans, retrouvez les résultats de l’enquête Vigicarotte ici.

Partager

 
 
 

Les articles les plus récents

Laisser un commentaire